Bernard Andrieu

 

Chacun veut développer ses possibles dans une amélioration de soi-même. Aucun plan providentiel ou architecture globale, mais chacun(e) veut se redesigner, devient l’architecte de son intérieur, le corps vivant. Cette différence existe pourtant entre ce qui est incompatible, c’est-à-dire non viable, et ce qui est compatible par la vitalité du vivant à se réorganiser pour stabiliser une nouvelle structure. Cette nouvelle viabilité peut entamer la représentation du vivable et de la dignité humaine telle qu’elle a été définie en fonction des possibilités techniques d’un moment de l’histoire humaine. L’impossible existe-il encore dans cette recherche d’activation avec la création transhumaine d’une biologie synthétique ? Les limites du handicap sont-elles techniques, morales ou ontologiques ?

Sommaire

  • Préface
  • Introduction

Partie 1 – La fin du handicap ?

  • La fin du handicap ? De la stérilisation à l’hybridation
  • Le corps hybridé comme éthique de la mixité handicap/valide
  • Inclusion forcée ou immersion en 1re personne ?
  • Quel corps capacitaire avant et après l’amputation de guerre ? Marcel Pendanx 1917-1918

Partie 2 – L’agenrement capacitaire

  • Face à nos contraintes corporelles : Surnaturalisation ou cyborgisation, quel agenrement ?
  • Acceptation des hybrides
  • Du cerveau-machine : quelle perception de leur cerveau in vivo ?
  • La restauration idéologique des amputés de guerre dans les pratiques de réinsertion par le sport après les guerres en Irak et en Afghanistan en 2004-2010
  • L’homme hybridé : mixités corporelles et troubles identitaires

 


2018 – 110 pages – Format : 17×23 cm
isbn : 978-2-84016-295-7 – Prix : 10€
Illustration N&B – Langue : français