Narrativa

Narrativa nuova serie est une revue publiée en langue italienne et consacrée à la littérature italienne contemporaine. La « nouvelle série », dirigée par Silvia Contarini (silvia.contarini@parisnanterre.fr), est née en 2006, dans la continuité de la ligne scientifique tracée par Marie-Hélène Caspar, fondatrice et directrice de Narrativa de 1992 à 2005.

Narrativa nuova serie accueille des études sur la production littéraire et culturelle la plus récente, dans le but de questionner le rapport diagnostique que la création littéraire, et plus géneralement artistique, l’imaginaire et la pensée entretiennent avec le temps présent, l’événement, ce qui se passe. Avec la conviction que la littérature est aussi un instrument de connaissance et de compréhension des transformations en cours, dans le monde et chez l’être humain.

Giuliana Pias, directrice adjointe, Alessandro Benucci, secrétaire de rédaction (Université Paris Nanterre)

 

Comité scientifique et de lecture

  • Giuliana Benvenuti, Bologna (Italia)
  • Vincenzo Binetti, Ann Arbor, Michigan (USA)
  • Alberto Casadei, Pisa (Italia)
  • Paolo Chirumbolo, Baton Rouge (USA)
  • Laura Di Nicola, Roma (Italia)
  • Monica Jansen, Utrecht (Paesi Bassi)
  • Peter Kuon, Salisburgo (Austria)
  • Stefano Lazzarin, Saint-Étienne (Francia)
  • Federico Luisetti, St. Gallen (Svizzera)
  • Margherita Marras, Avignone (Francia)
  • Donata Meneghelli, Bologna (Italia)
  • Claudio Milanesi, Aix-en-Provence (Francia)
  • Giuseppe Nicoletti, Firenze (Italia)
  • Hanna Serkowska, Varsavia (Polonia)
  • Patrizia Serra, Cagliari (Italia)
  • Beatrice Sica, Londra (UK)
  • Luca Somigli, Toronto (Canada)
  • Bart Van Den Bossche, Lovanio (Belgio)

 

Procédure d’évaluation. Les contributions sont soumises à deux évaluations en « double aveugle », confiées à au moins un expert externe à la revue et à des membres du comité scientifique. Les contributions des membres de la revue sont toujours confiées à des experts externes.

 

Résumés

 

Narrativa, n. 31/32

Les travaux rassemblés dans ce volume portent sur les représentations littéraires de l’entreprise, du travail et de la précarité à l’époque de l’économie globalisée. Si la nécessité a été soulignée d’établir un lien théorique et critique avec le courant dénommé « Industria e letteratura », qui a marqué la littérature italienne des années 1960, ces travaux analysent tout particulièrement l’impact des profondes transformations économiques et sociales à l’œuvre actuellement, caractéristique d’une production très récente et substantielle, faite de récits de vie, de témoignages et de textes de fiction qui racontent surtout la fin du travail industriel et la précarisation de l’emploi.

 

Narrativa, n. 33/34

Ce volume réunit une quarantaine de contributions qui s’intéressent aux multiples relations entre littérature, identité, colonialisme et dé-post-colonisation. Si quelques articles portent sur la théorie et la littérature postcoloniales de langues française et espagnole, selon d’intéressantes approches comparatives, la plupart d’entre eux interrogent la production littéraire italienne la plus récente dans sa dimension « postcoloniale », c’est-à-dire dans sa confrontation avec le refoulement du passé colonial, les mouvements migratoires et les « altérités » endogènes.

 

Narrativa, n. 35/36

Ce numéro de Narrativa s’inscrit à la fois dans la continuité du numéro précédent, qui était consacré à la littérature italienne coloniale et postcoloniale, et dans le cadre d’un vaste projet de recherche portant sur la question identitaire dans l’Italie du XXIe siècle. Les travaux ici réunis interrogent tout particulièrement les rapports entre la mondialisation du marché culturel et la production littéraire italienne hyper-contemporaine, confrontée à la fois à des processus d’homologation et à des formes de créolisation, mais également à des phénomènes de repli sur soi et de nostalgie.

 

Narrativa, n. 37

Ce volume a pour vocation d’interroger l’expérience des féminismes, leurs acquis, leurs apports et leur influence sur la production intellectuelle est artistique contemporaine, et plus généralement sur l’ensemble de la société. En se penchant sur le cas italien et ses spécificités, les contributions à caractère littéraire, artistique et linguistique s’entrecroisent avec des interventions de nature philosophique, sociologique et historique. Le volume s’achève avec des interviews accordées par sept écrivains (Maria Rosa Cutrufelli, Gabriella Kuruvilla, Savina Dolores Massa, Antonio Moresco, Gilda Policastro, Lina Prosa, Wu Ming 2) qui ont été invités à s’exprimer sur la prise en compte, dans leur univers littéraire, de questions liées à l’appartenance sexuelle.

 

Narrativa, 38

Ce volume s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherches transnationales initié en 2006 visant à questionner les liens entre la création artistique et les transformations globales dans l’Italie du temps présent. Les contributions rassemblées proposent une réflexion sur l’italianité et la pertinence actuelle de ce concept hors des frontières d’Italie. Quels sont les représentations culturelles, les genres littéraires, les écrivain(e)s qui s’imposent ? Est-ce qu’il y a une correspondance ou une divergence entre la réception endogène et la réception exogène ? L’image de l’Italie qui se forge à l’étranger provoque-t-elle des retombées sur le débat culturel national ? Autant de questions auxquelles des spécialistes en études italiennes, exerçant leur activité dans plus d’une dizaine de pays d’Europe, d’Amérique et d’Afrique, ont apporté des réponses après avoir enquêté sur le regard que l’on porte sur l’Italie et sa culture, dans un contexte où la culture italienne est une culture étrangère et minoritaire.

 

Narrativa, 39

Ce volume propose des études qui abordent la question du « Sud » sous des angles différents et selon des perspectives internationales et endogènes. Dans les travaux rassemblés, à caractère littéraire, théorique et critique, mais également historique et politique, se croisent des temps et des regards multiples (entre Nord, Sud, Est et Ouest), dont le fil rouge qui les unit tous est la nécessité de redonner au Sud sa dignité de sujet de la pensée. Le volume recense, notamment à partir de la production littéraire italienne la plus récente, des réflexions sur le Sud considéré comme “producteur” de pensées plurielles (sur le Sud et du Sud). Il représente à ce titre un support important pour comprendre les nouvelles dialectiques et particularités du Sud global.