sous la direction de Jacques Rancière

Issu d’un séminaire du Collège international de philosophie, cet ouvrage propose une réflexion sur les rapports entre philosophie, poésie et politique. Entre deux bornes temporelles et symboliques – la promenade enthousiaste du jeune Wordsworth dans la France révolutionnaire de 1790 et la méditation de Celan sur la poésie après Auschwitz –, ce livre analyse à travers Byron, Coleridge, Büchner, Brecht, Beckett, mais aussi Mandelstam, Schelling, Wagner et Pessoa plusieurs rencontres exemplaires et problématiques de la poésie moderne avec les questions posées à la pensée par la politique. Peut-on alors parler d’un âge des poètes où ceux-ci auraient pris en charge une nouveauté des conditions de la pensée encore obscure pour les philosophes ? Et si la philosophie, pour répondre au désarroi de la politique, devait reprendre aux poètes leur bien ?

Jacques Rancière, philosophe, professeur émérite de l’université Paris VIII, a été directeur de programme du Collège international de philosophie de 1986 à 1992.

Sommaire

Préface, Jacques Rancière

Modernité, âge des poètes

L’âge des poètes
Alain Badiou
Poésie, philosophie, politique
Philippe Lacoue-Labarthe
Hölderlin Révolution Modernité
François Fédier

Le sujet du poème

Transports de la liberté.
Wordsworth, Byron, Mandelstam
Jacques Rancière
La fabrique du sujet héroïque
Jean Borreil
Les « pessoas-livros » de Fernando Pessoa
ou le concept de l’hétéronymie
Judith Balso
Paul Celan, la politique d’un poète après Auschwitz
Martine Broda

Auteurs

 


2018 – 191 pages – Format : 15 x 21 cm
isbn : 978-2-84016-322-0 – Prix : 13€
Langue : français