Sous la direction de Barbara CASCIARRI et David BLANCHON

En 2019, près de 60 % de la population de l’Afrique subsaharienne n’a pas un accès minimal à l’eau, soit près de 800 millions de personnes. Même dans les pays les plus riches, comme l’a montré la crise de l’eau dans la ville du Cap en 2018, la situation est précaire et marquée par de fortes inégalités. Naturalisation – le manque d’eau serait dû à la sécheresse – et fatalisme – la pénurie serait structurelle en Afrique – dominent les discours.
Il y a plus de 25 ans, la conférence internationale sur l’eau et l’environnement de Dublin de 1992, avait proposé un « modèle » mondial de gestion de l’eau, fondé sur la gestion intégrée des ressources en eau, les partenariats public-privé et la marchandisation de la ressource en eau. Mais ces politiques ont prouvé leurs limites en Afrique lorsqu’elles ont été appliquées dans des territoires où les configurations hydro-sociales étaient très différentes de celles des pays du Nord où elles avaient été pensées.
Les douze chapitres de ce livre, regroupés autour de trois thèmes (compétitions, conflits et coopérations autour de l’accès et des usages de l’eau ; échelles et modalités de la gestion de l’eau ; justices et injustices) montrent, au contraire, l’émergence de nouvelles conditions diversifiées d’accès à la ressource, qui reposent sur des formes de solidarités anciennes ou émergentes, et qui intègrent les configurations hydro-sociales locales. L’objectif de cet ouvrage est d’explorer, à partir de situations concrètes fondées sur des données empiriques récentes, ces formes nouvelles d’organisation, et de voir dans quelle mesure elles pourraient apporter des solutions alternatives aux nombreux problèmes actuels liées à l’accès inégal à l’eau en Afrique.

Sommaire

Remerciements
Introduction
L’accès à l’eau en Afrique : vers de nouveaux paradigmes ?
David Blanchon et Barbara Casciarri

Compétitions, conflits et coopérations autour de l’accès et des usages de l’eau
L’enjeu des stratégies des acteurs locaux pour l’accès à l’eau potable à Nikki, Bénin
Morgane Anziani-Vente
Accès et pénurie d’eau potable : dynamique des taux et des contraintes à Bangui, Centrafrique
Cyriaque-Rufin Nguimalet
Le sang, le lait, et l’eau. Reconfiguration des frontières communautaires, de l’identité sociale et des formes d’appartenance chez les pasteurs nomades du Sud éthiopien.
Francesco Staro

Échelles et modalités de la gestion de l’eau
La GIRE urbaine pour penser l’articulation entre protection des ressources en eau et approvisionnement des villes en eau potable ?
Le cas du Burkina Faso
Catherine Baron et Héloïse Valette
La Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) au Kenya : une mise en œuvre inachevée et inégale sur le territoire national
Gaële Rouillé-Kielo
Le « contrat de nappe » du Saïss au Maroc, figure d’un État aménageur libéral
Kévin Del Vecchio
Gouverner les rivières par les débits environnementaux. Une analyse croisée de cas sud-africains et français.
Magalie Bourblanc, Sara Fernandez et Alexandre Gaudin
Approvisionnement en eau de régions métropolitaines, rivalités d’accès et ségrégations, pour une political ecology de l’urbanisation. Les cas de Johannesburg et de Los Angeles.
Yannick Rousselot

Justices et injustices
Les inégalités d’accès à l’eau à Regueb (Tunisie) : entre dénonciations des injustices et légitimation des stratégies locales
Mathilde Fautras
Equity and Justice: water access in underserved areas of Accra, Ghana
Leila M. Harris
« Nous sommes assoiffés ! » : réflexions sur les mouvements de protestation pour l’accès à l’eau à Khartoum, Soudan (2015-2016)
Barbara Casciarri et Clément Deshayes
Justices and injustices in the community water ­management in Wadi Fukin (West Bank)
Anita De Donato

Conclusion
Anthropologie et ethnographie : apports et questionnements
sur l’accès à l’eau
Barbara Casciarri et Olivia Aubriot
Les auteurs

2019 – 264 pages – Format : 15,5 x 24 cm
isbn : 978-2-84016-336-7 – Prix : 23 €
Illustrations couleur
Langue : français